Actualité

http://gabriel-arnoulaujeac.blogspot.fr/


DIMANCHE 12 AOÛT 2012


Plus loin qu'ailleurs (Gabriel Arnou-Laujeac) | Extrait traduit en espagnol par Claudia Carlisky


Claudia Carlisky, 
Concerto pour un visage
Fille du sculpteur Alberto Carlisky et de la plasticienne Mina Gondler, Claudia Carlisky est née à Buenos Aires en 1954 où elle réside jusqu'à l'âge de quatre ans. Après une enfance en France et une adolescence en Argentine, elle vit à Paris depuis 1975. Peintre, Claudia Carlisky expose régulièrement en France, en Suisse, en Italie et en Allemagne. Poète bilingue et mélomane, elle a participé à plus de 15 récitals de poésie et de musique dans un répertoire classique, notamment avec le trio Goodman composé de Igor Kiritchenko, violoncelle, Dimitri Khlebtsevitch, alto etCraig Goodman, flûte, à Paris et au Luxembourg. Elle publie dans des revues poétiques et des anthologies depuis 1978, et fut nominée lors du Concours Simone Landry pour son poème Le silence reviendra sur ses pas, le 8 mars 2010, dans le cadre de la journée internationale des femmes.  

Actualité poétique : Pas d'ici, pas d'ailleurs, Voix d'encre, 2012. 


EXTRAIT DE PLUS LOIN QU'AILLEURS, SUIVI D'UNE TRADUCTION ESPAGNOLE PAR CLAUDIA CARLISKY.      


Ajouter une légende
Ajouter une légende
Claudia Carlisky : le bleu du ciel
(...) Notre passion sera sans résurrection, sans évangiles. Rien que souffrance et trahison du souffle originel. Nous voulions être l’exception, nous ne fûmes que la règle : le premier amour vida nos sacs de billes pour les remplir d’étoiles, mais cet éclair brutal serrait dans son poing la foudre qui les éteindra toutes une à une.

La possession et la dépendance, l'euphorie et le manque, la fusion et l'absence sont des stupéfiants millénaires dont la faim est vaste – et dont la fin dévaste. 
Pourquoi ? 


Pourquoi la passion n’échappe-t-elle pas au mouvement des marées, à la loi des contraires, au va-et-vient de l’ombre et de la lumière, à la mécanique imperturbable du déclin de toutes choses ici-bas ?

        Je demeure seul sans le pansement d'une parole, sans le calmant d'une réponse. Les mots ne pansent plus les maux, ils perdent provisoirement de leur magie, de leur superbe. Ils sont des oiseaux sans ailes, des flèches au souffle trop court qui retombent avant d'avoir atteint leur cible. Je demeure seul dans le déni de sa vaine absence, errant comme un fantôme dans l’immensité trompeuse de temples en ruine.

Je dérive en silence, des jours et des lunes, sur la mer de servitude qui inonde chacune de mes cellules en deuil, avant d’échouer par la grâce du temps sur l’autre rive des amours mortes, ivre du roulis de ma douleur naufragée. En me levant, dos à la mer, face au soleil, j’entends les baguettes du futur rosser le tambour de mon cœur, comme si le temps jusqu’ici suspendu au vestige du passé frappait de nouveau à ma porte, m’ordonnant de lui ouvrir enfin, et de reprendre ensemble notre danse avortée.

Je dois renaître de ce battement imperturbable, maintenant et ici-m'aime. Regagner le temps perdu à chercher ce qui n'est plus, ce qui n'est pas. Me lever, me reconstruire dans le vide et dans l'urgence d'un désespoir libératoire : dans la reddition de mes illusions sur moi, sur l’autre, sur l’éternité. 

Je sais désormais que la passion est exclusive, fusionnelle, psychotrope, mais que l'essentiel est la durée qui lui échappe, le temps qui l'écharpe. J’accepte ce qui est : ce que je crois être. Ce désespoir blanc, fruit paradoxal d’une pulsion vitale, me délivre de la prison du manque : le manque est là, mais plus ici. Du moins j’essaie de m’en convaincre, avec l’impatience de ceux qui doutent encore - quand j’entends retentir , en pleine gorge de l’absurde, ce cri d’impuissance qui m’arrache au long sommeil des sens :

« Puisque tout est transitoire, je les aimerai toutes. Et aucune. ». 
C’est ainsi que le désir ralluma pour moi son flambeau, pour moi tout entier criant femmine...(...)...


COPYRIGHT © 2012 Gabriel Arnou-Laujeac, SACD



Ajouter une légende

Extracto 



(...) Nuestra pasión no tendrá resurrección ni evangelios. Solo sufrimiento y traición del soplo original. Queriamos ser la excepción, sólo fuimos la norma : el primer amor vació nuestra cajón de los juguetes para llenarlo de estrellas, pero esta chispa fugaz ocultaba en su puño el rayo que finalmente las apagaría  a todas, una por una.

La posesión y la dependencia, la euforia y la falta, la fusión y la ausencia son estupefacientes milenarios cuya hambre es vasta y cuyo fin devasta. 

¿ Por qué ? 

¿ Por qué nuestra pasión no escapa al movimiento de las mareas descendientes, a la ley de los contrarios, al vaivén de la luz y de la sombra, a la mecánica imperturbable de la caída de todas las cosas en este mundo ? 

         Me quedo solo, sin el bálsamo de una palabra, sin el consuelo de una respuesta. Las palabras ya no curan los males, pierden su magia, su soberbia. Son pájaros sin alas, flechas   sinaliento,   que vuelven a caer antes de haber alcanzado el blanco. Permanezco sin ella negando su  vana ausencia, vagando como un fantasma en la inmensidad engañosa de templos en ruina.

Voy a la deriva en silencio, dias y lunas, sobre el mar de servidumbre que inunda cada una de mis celulas en duelo, antes de llegar por la gracia del  tiempo a la otra orilla de los amores muertos, ebrio por el balanceo de mi dolor naúfrago. Al levantarme, de espaldas al mar, de cara al sol, oigo los palillos del futuro apalear el tambor de mi corazón, como si el tiempo hasta aquí suspendido al vestigio del pasado, llamara de nuevo a mi puerta,  ordenandome abrirle  al fin  y retomar juntos nuestra danza inconclusa.
Debo renacer de ese latido imperturbable, aquí y ahora mismo, recuperar el tiempo perdido buscando lo que  no es más, lo que no es. Levantarme, reconstruirme en el vacío y en la urgencia de una desesperanza  liberadora, renunciando a mis ilusiones sobre mí, el otro, y  la eternidad.

Sé, de ahora en más, que la pasión es exclusiva, simbiótica, adictiva, pero que lo esencial es la duración que se le escapa, el tiempo que la pulveriza. Acepto lo que es : lo que creo que es. Esta desesperanza blanca, fruto paradójico de una pulsión vital, me libera de la prisión de la falta : la falta esta ahí, pero ya no aquí. Por lo menos trato de convencerme de ello, con la impaciencia de los que siguen dudando -cuando oigo resonar,  en plena garganta de lo absurdo, este grito de impotencia que me arranca del largo sueño de los sentidos : 

« Ya que todo es transitorio, las amaré a todas. Y a ninguna. » 

Así fue como el deseo volvió a encender su antorcha para mí,  con todo mi ser gritandohembruna...(...)...



                                                                                                                                                                 


Mina Gondler, Oiseau - Soleil
Les corbeaux menacent encore le ciel, 
Claudia Carlisky, 1989. Poème inédit.

Les corbeaux menacent encore le ciel.
De quel chemin de croix me parlent-ils ?
De quel sommeil aux songes pourpres
M'annoncent-ils l'expiation ou d'un linceul propitiatoire
Le baiser perfide et fallacieux de l'abandon ?
Palpitent et pépient, pépites dans mon lit
Se lient et me délient de tout délit commis.
Palpite sans raison mon coeur à l'unisson.
Le champ du ciel obscur s'ouvre enfin
Et du songe noir et rouge, de l'onde
Sort l'étendard blanc et bleu de ciel.
De l'azur nous toucherons la transparence
Et dans l'ordre des choses retiendrons l'immanence.


Claudia Carlisky, Eclosion III, 
Triomphe ou l'unité retrouvée


Claudia Carlisky, Le Seuil







A propos d'Alberto Carlisky et de Mina Gondler :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire